ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue Juridique de l’Environnement

0397-0299
 

 ARTICLE VOL 39/4 - 2014  - pp.796-796
TITRE
Thèses de droit de l'environnement

RÉSUMÉ

Mathieu PAGEAUX, La Connectivité écologique dans les systèmes régionaux de protection de la biodiversité : étude comparée du réseau écologique Natura 2000 et du Système National des Unités de Conservation brésilien, sous la direction Jessica MAKOWIAK, Université de Limoges, 2013, 429 p. La connectivité écologique est un concept à l’importance croissante dans le droit de la protection de la nature. Elle renforce les réseaux écologiques dans leur mission de protection des écosystèmes et en constitue par ailleurs un signe d’aboutissement. Cette thèse analyse le concept de connectivité écologique en droit international, en droit européen et en droit brésilien. L’étude comparée du réseau écologique européen Natura 2000 et du Système brésilien des Unités de Conservation (SNUC) nous permet en effet de conduire un inventaire précis des différentes connexions écologiques, de leurs enjeux et de leurs faiblesses juridiques. C’est aussi l’occasion d’aborder les conditions essentielles du renforcement de la connectivité écologique, à savoir, essentiellement, la fonction sociale et la fonction environnementale du droit de propriété, la protection de la connectivité dans les zones urbaines par le droit de l’urbanisme, la protection des écosystèmes dans les aires maritimes et l’importance de la participation dans la gestion des connexions écologiques. L’auteur préconise une modernisation du droit de l’environnement, notamment par un élargissement du concept de connectivité écologique qui se doit d’être à la fois large - en incluant les zones tampons et leurs fonctions - et opérationnel – en tant que support au développement des réseaux d’aires protégées. Ses propositions se fondent concomitamment sur une analyse juridique comparée et une approche pluridisciplinaire aboutissant à une vision réaliste des défis liés à la conservation de la biodiversité et des moyens de lutter contre la dégradation des écosystèmes. Diane VERNIZEAU, Vers des pêcheries mondiales durables : contribution de l’Union européenne au concept de pêche responsable, sous la direction d’Anne CUDENNEC, Université de Bretagne occidentale, 2013, 415 pages. L’éveil de la société internationale aux problèmes environnementaux, en particulier ceux touchant les océans et les zones côtières, a permis de développer des principes et notions nécessaires à la protection du milieu marin et de ses ressources. Le concept de pêche responsable vise à atteindre une gestion durable des pêches. Il nécessite la mise en place de mesures de plus en plus contraignantes pour l’activité de pêche afin de limiter son impact sur les ressources biologiques marines et les écosystèmes marins. Dans un contexte global de raréfaction des ressources, la difficulté à trouver un consensus mondial autour des questions les plus urgentes suscite le doute quant à la capacité des organismes internationaux à mettre en place des mesures contraignantes et effectives dans les zones au-delà des juridictions nationales. Il convient donc de s’interroger sur la place que tiennent les acteurs publics dans la gestion durable des ressources halieutiques. L’objet de cette thèse est de vérifier dans quelle mesure les compétences conférées à l’Union européenne en matière de gestion des pêches lui permettent de contribuer à l’application du concept de pêche responsable pour une gestion durable des pêcheries mondiales.



AUTEUR(S)
Mathieu PAGEAUX, Diane VERNIZEAU

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (32 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier